AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Par ici pour les recherches de lien
Merci de privilégier les stoatbloats, les ramhorns, les et les owlkinsI love you
Le point météo : Du 17/11 au 24/11 il pleut il pleut bergère ♪ la température reste cependant enviable

Partagez | 
 

 
so i'm following the map that leads to you. (jules & joe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité


MessageSujet: so i'm following the map that leads to you. (jules & joe)   Lun 20 Oct - 14:27

i hear your voice in my sleep at night, hard to resist temptation.
'cause something strange has come over me and now i can’t get over you.
❉ ❉ ❉

D’une main fébrile, elle lissa pour la centième fois sa robe noire. Un sourire béat était dessiné sur ses lèvres roses, et elle replaça derrière son oreille une mèche flamboyante qui tombait devant ses yeux. Joe se regarda encore et encore dans le miroir, les sourcils froncés. Tout était trop paisible. Elle ne se reconnaissait plus dans la jolie fille que lui renvoyait son image. Et ça lui plaisait, à vrai dire. Quand elle pensait à Jules, elle se mettait parfois à sourire doucement, et même, à avoir des papillons dans le ventre. Alors qu'elle se regarda une centième fois dans le miroir, Joe se força à se ressaisir. Cela ne pouvait pas être elle, cette naïve enamourée. Et puis, elle finirait par être en retard, à se regarder encore et encore, sans vraiment savoir pourquoi.
Elle sort, emmitouflée dans son manteau pour se protéger de l'automne. Le ciel est gris, dehors, tout est gris. Les bâtiments sont gris, la route est grise, les gens sont gris. En un claquement sec, elle transplane vers MuzzleBoar. Elle avait toujours détesté cette sensation, Joe, mais elle n'était pas assez à l'aise sur un balais pour se déplacer autrement. Elle avait toujours la tête qui tournait, après avoir transplané. Son sourire tangue, tout tangue, le sol, les arbres. Inspire, expire. Elle se reprend. Elle marche jusqu'au banc, son banc, où ils avaient fixé leur rendez-vous. C'était son banc à elle. Joe, elle avait ramassé une pierre, une fois, et elle avait gravé son nom en lettre maladroites dans le bois. JOE. Elle était en avance, trop en avance, parce qu'elle avait absolument voulu ne pas être en retard. Voir Jules, c'était toujours trop beau, trop doux, avec la bonne humeur au creux de ses yeux et son sourire, toujours son sourire.

Alors que le soleil est rose dans son ciel couchant, Joe attend, fébrile. Elle passe une main dans ses cheveux qui embrassent le vent. Elle serre ses doigts à moitié cachés par les manches de son manteau autour de son thermos de chocolat chaud plutôt tiède, maintenant. Elle avait la tête pleine et l'esprit léger, et c'était toujours ainsi lorsqu'elle voyait Jules. Jules, c'était comme le soleil, il réchauffait le cœur de Joe par son sourire et ses mots doux, toujours très doux. De sa poche, elle sort un carnet, cherche une page encore vierge au milieu de tous ces papiers recouverts d'encre noire, et y écrit quelques mots, des idées de passage, qu'elle refuse oublier. Joe, elle en remplissait des dizaines de petits carnets, comme ça, et elle en avait toujours une tonne dans ses poches, dans son sac, des carnets. Cassés, abimés, déchirés, sans couverture. Même celui à la reliure en cuire est usé jusqu'à la corde. Et les pages blanches de papier granuleux, à l'intérieur, elles sont noires. Couvertes de mots, couvertes de vers, couvertes d'encre. Des bribes de souvenirs, à Joe ou aux autres, des bribes de vie lui ayant appartenu. Elle notait parfois ce qu'elle trouvait dans la tête des autres, quand elle y entrait sans faire exprès. Mais surtout, elle notait toutes les pensées qui se bousculaient dans sa tête trop étroite pour ça. Parfois, elle était obligée d'écrire entre les lignes, ou par dessus des choses déjà écrites, ou sur la couverture, parce qu'il n'y avait pas assez de place. Elle devrait en acheter d'autres, des carnets.
Ses pensées furent interrompues par l'apparition de Jules, comme une lumière dans le soir.
Elle lui offrit son plus beau sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: so i'm following the map that leads to you. (jules & joe)   Mar 21 Oct - 13:11

you keep me alive
je sais pas d'où ça sort, je sais pas d'où ça vient, j'pourrais pas te l'expliquer encore une fois. et j'comprendrais que tu me prennes pour un dingue, je t'en voudrais pas. c'est juste que quand je te vois ça fait des flashs dans ma tête, y a des images qui s'répètent en boucle, et j'ai besoin d'en avoir le coeur net.



Joe. Ca tenait en une syllabe, ça avait un brin assez poétique, Joe. A elle seule, elle représentait beaucoup. Bien plus que personne n'avait réussi à représenter dans le coeur de Jules. Elle prenait cette place importante, presque étouffante, dans son esprit. Et partout où il allait, elle était là, dans sa tête, dans ses yeux, dans son coeur. Elle faisait danser cette flamme ardente qui brûlait au fond de lui, et son âme se nourrissait de ses paroles pour vivre. Il la dévorait du regard à chaque fois que sa crinière de feu entrait dans son champs de vision. Elle était belle et elle était bien plus que belle, elle était surprenante. Jamais il ne se lassait de l'écouter narrer ses aventures. Parce qu'il se disaient beaucoup de choses, Joe et Jules. Des meilleurs amis, des confidents, des amoureux. Personne ne savait, et pas même eux. Il y avait cette pudeur touchante, cette attirance romantique entre eux. Comme dans les contes de fée. Elle était la princesse qu'il avait toujours attendu. Même si elle était insolente, arrogante, que ça ne la rendait que plus caractérielle, que plus originale. Au fond, il ne savait pas vraiment pourquoi elle l'intéressait, hormis le fait qu'elle était d'une beauté divine. Elle était naturelle, et c'était peut-être ce qui lui plaisait. Il pouvait la serrer dans ses bras, quand il le voulait. Comme il était bien, avec Joe. Comme il était bien.
C'était Samedi, en fin d'après-midi. Le ciel dégagé prendrait rapidement des allures colorées. Un couché-de-soleil, même si ce n'était pas devant la mer, il n'y avait rien de mieux pour un rendez-vous romantique. Entre amis, naturellement. Parce qu'ils n'étaient rien de plus, après tout. Simplement des amis qui s'aimaient un peu plus que de simples amis. Finissant son entrainement de natation avec l'équipe, Jules se dirigeait vers le vestiaire masculin. Cesare, un de ses plus proches amis, lui donna une tape dans le dos et lui adressa un large sourire. « T'as géré aujourd'hui mec ! » C'était vrai que Jules avait nagé vite, très vite. La natation avait toujours été sa plus grande passion, et il était un élément clé de l'équipe. Ils espéraient tus remporter le championnat, cette année, et Jules s'investissait beaucoup pour sans cesse relever son niveau pour devenir le meilleur possible ; c'était alors son âme de compétiteur assidu qui se réveillait, et dans l'eau, il faisait des prouesses sportives. « On sort, ce soir ? » Demanda Cesare et Jules se mordilla la lèvre. Ce soir, il avait d'autres projets, bien plus passionnants. « Désolée, mais je vais voir Joe. » Il leur avait parlé de Joe, un peu. Joe, la rousse un peu délinquante avec qui il passait beaucoup de bon temps. Joe, la déesse aux mille et unes facettes qui était un véritable paradoxe, bien trop dure à cerner pour qu'il leur propose de leur la présenter. A vrai dire, il avait toujours eu un peu peur que le courant ne passe pas très bien entre Joe et ses amis. Jules était un autre garçon avec la jeune Lindgren, de quatre ans sa cadette. Plus doux, plus attentionné. Plus séducteur, aussi. Différent. Il aimait bien ce Jules là, romantique, charmeur.

Elle était là, comme d'habitude. Sur ce banc, leur banc. Elle avait gravé son nom dans le bois, une fois, et cette péripétie l'avait fait bien rire, le Jules. Peut-être qu'un jour, il graverait le sien aussi, à côté. Quand il aurait la certitude qu'eux deux, c'est du sérieux. Que c'est pour la vie, ou presque. Elle était là dans sa robe noire et son élégance habituelle, avec son sourire qui éblouissait les yeux noisettes du garçon. Elle était là avec toute sa splendeur, toute son assurance et toute sa sensibilité qui le touchait profondément. Elle lui sourit, il lui sourit. « Tu vas bien ? » C'était une bonne question, pour commencer. Il s'assit près d'elle, la regarda dans les yeux. Ses si beaux yeux. Le temps aurait pu s'arrêter, il n'aurait pas bougé. « Je suis désolé, je suis un peu en retard, j'espère ne pas t'avoir fait attendre trop longtemps. » Il culpabilisait, le garçon. 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: so i'm following the map that leads to you. (jules & joe)   Mer 22 Oct - 0:08


Il était là. Joe ne savait pas mettre de mots sur ce qui l'attirait chez Jules, comme un magnétisme envoûtant. Enfin si, elle savait. Tout, en lui, l'attiraient. La lueur qui irradiait de ses yeux sombres. La douceur et la gentillesse attirante qu'il dégage. Son sourire, sa carrure rassurante, ses mains douces et rugueuses. Il n'est pas tout blanc, Jules, c'est comme tout le monde une immense palette de gris, et Joe, elle aimait tout ça, elle l'aimait avec ses défauts, ses qualités, tout. Elle dépensait peut-être trop d'énergie à l'aimer fort. P't'être qu'un jour il brisera son petit cœur palpitant, mais ça, Joe elle ne voulait pas y croire. Elle n'avait voulu lui donner qu'un petit bout de son cœur, mais elle s'était piégée elle-même dans cet amour-amitié. Elle s'enivrait du sentiment de sécurité qui la parcourait quand elle était dans ses bras, qui la persuadait de tout lui dire, sans tabou, sans secrets. Jules, c'est un peu comme cet oiseau qui vient se poser à la fenêtre un matin, et qui t'arrache malgré lui un sourire. Joe, elle l'aimait pour ça. Jules, ça sonnait comme une promesse. La promesse de rire, de se sentir bien, d'avoir le cœur tout léger. Jules, elle s'y est attachée au premier regard, ou peut-être au deuxième, alors qu'il était là, attentionné, à lui sourire et lui glisser des mots doux. Il a ce regard qui l'aide à se sentir belle et vivante.

- Tu vas bien ?

Son sourire s'élargit. Il s'assoit, la regarde dans les yeux. C'était un truc rien qu'à eux, se regarder dans les yeux, sans détour, sans gêne. Joe, elle aimait se plonger dans les yeux sombres de Jules, s'y noyer, s'y abandonner.

- Très bien, puisque tu es là.
- Je suis désolé, je suis un peu en retard, j'espère ne pas t'avoir fait attendre trop longtemps.


Elle replaça une mèche flamboyante derrière son oreille.

- Tu sais, je ne compte pas le temps. Je préfère compter les étoiles, c'est plus amusant.

Etoile, n.f. : chose qui brille. (ait.) Joe n'a jamais été de ces étoiles. Elle ne savait même pas pourquoi le regard de Jules en était venu à se poser sur elle. Elle. La fille un peu à part, celle toujours dans l'ombre. Alors que lui, il brille, pas de doute. Elle s'abandonne un instant pour le serrer dans ses bras maigres, furtivement, juste un instant. Joe s'adosse à nouveau au banc en bois vieilli, à la peinture écaillée. Distraitement, elle passa son index sur son nom gravé dans le bois. Un jour, elle graverait celui de Jules, quand elle sera sûre que eux, c'est plus que un jour, deux jours ou une semaine. Quand elle sera sûre que eux, c'est un an, deux ans, dix ans, la vie. Son cœur lui disait qu'elle était sûre, parce que Jules, c'était Jules. C'était cinq lettres, c'était le bonheur. C'était son cœur qui manquait un battement quand elle croisait son regard, c'était son intérieur qui se tordait quand il lui souriait. Son cerveau lui disait t'attendre, parce que ça faisait pas longtemps, et puis tu sais Joe, vous vous êtes pas embrassés, vous êtes pas sûrs d'être amoureux, vraiment. Avec Jules, elle préférait toujours ce que disait son cœur à ce que disait son cerveau, ce rabat-joie.
Joe lève les yeux vers les premières étoiles qui commençait à apparaître dans le ciel crépusculaire. Compter les étoiles.

- L'entrainement, c'était bien ? enfin, j'veux dire, ta journée s'est bien passée ?

Elle lui sourit. Un de ces sourires qui veulent dire, "excuse-moi de pas être aussi attentionnée que toi". Jules, il se souciait toujours d'elle. Et elle, ça la gênait de ne pas être aussi gentille, aussi aimante des autres. Joe se tordit les mains un instant. Puis elle plongea son regard dans celui de Jules, et elle lui sourit.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: so i'm following the map that leads to you. (jules & joe)   

Revenir en haut Aller en bas
 

so i'm following the map that leads to you. (jules & joe)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» A25 A47 Caporal Trésegnies
» a961 zinnia
» Les petites maisons de Jules GOSSELIN
» [54] Meurthe et Moselle
» Alvimare
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Pleatmouth ::  :: St achille place :: Jardin d'eden-